Les News
Sa vie
Son combat
Son oeuvre
Discographie entière
Paroles chansons
Lounès a dit...
Dossier assassinat
Lecteur de chansons
Extraits d'albums
Émissions de radio
Pochettes d'album
Photos personnelles
Sur scène
Photos pro
Chez Matoub
Oeuvres
Interviews
Matoub chante
Chansons (sous-titré)
Ils parlent de Matoub
Bibliographie
Liens
Plan du site

2 personne(s) en ligne.
253061 visites à ce jour.

Si les dimensions politique et revendicative de l'oeuvre de Matoub Lounès ont été bien rapportées, sa base musicale et sa poésie restent souvent méconnues, notament par les médias occidentaux.

Matoub était un baroudeur du verbe qui avait atteint un niveau artistique auquel très peu pourrait prétendre.

Sa voix était envoûtante et sa musique s'appuyait aussi bien sur l'usage d'instruments traditionnels comme le mandole dont il était un véritable vituose, le derbouka, le quanoun ou le banjo que sur l'usage d'instruments modernes tels la basse ou les synthétiseurs.

Sa musique était basée sur la musique kabyle des montagnes, le chaâbi et la musique moderne. Ses chansons couvraient un large éventail de sujets: Tamazight, la démocratie, la liberté, la religion, l'islamisme, l'amour, l'exil, la mémoire, l'histoire, la paix et les droits de l'homme.

Il voulait que ses textes soient accessibles à tous et non réservés à une élite intellectuelle. Ainsi, dans ses chansons, il utilisait les mots de tous les jours.

A ses débuts, le style de Matoub a été influencé par les plus grands chanteurs/poètes, tels Slimane Azem, Cheikh El Hasnaoui, Dahmane El Harrachi ou encore Hadj Mhamed El Anka. Mais à la différence des poètes Amazighs qui l'ont précédé, il n'utilise que très peu les métaphores et son style est direct et sans complaisance. Il ne se gênait pas pour aborder les sujets tabous de la société algérienne.

Lounès Matoub était également un chroniqueur de son époque. Son oeuvre s'inscrit dans le temps. Avec sa poésie, on pourrait retracer l'histoire de l'Algérie depuis son indépendance: la résistance puis l'indépendance de 1962, la révolte kabyle de 1963, le printemps berbère 1980, les émeutes d'octobre 1988, l'assassinat de Boudiaf, l'avènement du terrorisme islamiste en 1992 en sont des exemples.

Matoub chantait de très belles chansons d’amour dont il tirait l'inspiration de sa première épouse, Djamila (avec qui il resta sept ans), qu’il a évoquée dans ses chansons de nombreuses fois. Il a également chanté la façon dont il l'a perdue et la souffrance qui a résulté de cette douloureuse séparation.

Matoub Lounès a aussi célébré les combattants de l'indépendance mais sans tomber dans un nationalisme exacerbé. Il n'hésitait pas à démystifier les héros vénérés qui n'étaient en réalité que des tortionnaires et des criminels de guerre. Ainsi, il fait état des purges sanglantes commises sur ordre des hauts gradés de l'armée de libération nationale (ALN) dans leurs propres rangs suite à une opération de désinformation de l'armée française faisant état de traîtres (opération bleuite en 1958) dans sa chanson ''Regard sur l'histoire d'un pays damné'' et comdamne les crimes commis par certains maquisards comme dans sa chanson ''Ttaṛ-im a m-t-id-rreɣ (Ta vengeance)'' où il y raconte le calvaire et le meurtre de 2 femmes de son village par des maquisards du FLN.

Lounès Matoub n'hésitait pas également à innover et à sortir des sentiers battus. Ainsi en 1991, il sort un nouvel album ''Regard sur l'histoire d'un pays damné'' contenant une chanson longue de 45 minutes, chose qu'aucun autre chanteur kabyle n'avait réalisé avant lui et en 1998, il n'hésite pas à parodier l'hymne national algérien malgré les risques.

Matoub Lounès estimait que son inspiration lui venait du peuple Kabyle, de l'homme de la rue. Ainsi, ses concerts en Algérie étaient soit gratuits, soit destinés à des oeuvres humanitaires.

Bien qu'il était interdit à la radio et à la télévision algérienne pendant toute sa carrière, Lounès Matoub est devenu, et reste, le chanteur kabyle le plus populaire et le plus connu dans le monde.


Nom / Pseudo :
Email (facultatif):





Votre commentaire :
(Votre message ne sera visible qu'après validation par le webmaster.)

code anti-bot
Veuillez retaper le code:

mustapha59300 a écrit le 12/01/11 à 05:35
lounes mazal yella

warisem a écrit le 27/06/09 à 21:37
Γas akken akud yuzzel am wadhu, w'ivΓan kra n talwit yeddem s yifadden-is ad ijvu s anda tella tidett yeffren. tidett ? anida-tt ? wissen, wissen, wissen...

BEE a écrit le 02/06/09 à 14:30
j'adoooooooooooore matoub lounes ,il restera un mythe pour moi


[1]  
© 2008-2012 Kollyns
CSS Valide ! Valid XHTML 1.0 Transitional