Les News
Sa vie
Son combat
Son oeuvre
Discographie entière
Paroles chansons
Lounès a dit...
Dossier assassinat
Lecteur de chansons
Extraits d'albums
Émissions de radio
Pochettes d'album
Photos personnelles
Sur scène
Photos pro
Chez Matoub
Oeuvres
Interviews
Matoub chante
Chansons (sous-titré)
Ils parlent de Matoub
Bibliographie
Liens
Plan du site

2 personne(s) en ligne.
258730 visites à ce jour.

La soeur musulmane

Ma nesεa amkan deg wegdud
Neɣ lebda a-nkennu i leεwam
Widak yesskawayen afud
Azref rran-t d leḥṛam
Annaɣ ya Ṛebbi lmeεbud
Neggugem neffud
Ttxil-ek ṣeggem-aɣ tiram

Refdeɣ allen-iw s igenni
Dliɣ ɣef yetri-w iɣab
Lemmer d ccetwa a s-nini
Γef medden ak° i tenneqlab
Imi Ṛebbi iɣunza-yi
Imi Ṛebbi icuḥen-iyi
Yeggul ur i-yeffiɣ leεtab
A lḥijab yya-d cebb°el-iyi
Neqḍ-iyi tutlayt n ṣṣwab

Zzlezn-iyi di nnif-iw
Ṛkeḍn-iyi di lḥeṛma-w
Rwel ay ameddakel-iw
Ata lxaṭer-iw d asellaw
D lesnin yeṣṣeḍ wul-iw
A d-yessutur tazmert-iw
A yessexṣar di ṣṣifa-w
Xas ur tesğuğğgeḍ temẓi-w
S yiss-ek i ğğuğğgent tirga-w

Ddarayen ak° medden g wexxam
M’ara d-teḥdeṛ yir tesweεt
Ɛemmdeɣ a k-ğğeɣ ay axxam
Xas a d-teḥdeṛ yir tesweεt
A yemma ur diyi-sseḍlam
Teẓriḍ neεteb nenneεdam
Lweεd isneṣl-aɣ tuyat
Ulayɣer neṛğa qessam
S tulawin wamma lxalat

La soeur musulmane

Aurons-nous droit de cité au sein de notre peuple,
Ou bien serons-nous courbées à jamais ?
Ceux qui dessèchent notre vigueur
Du droit ont fait un crime.
J'en appelle à toi, Dieu tout-puissant,
Nous sommes réduites au silence, assoiffées;
Redresse au moins notre sort dernier

J'ai levé les yeux au ciel
Pour voir mon étoile bannie;
Si au moins c'était l'hiver, nous aurions dit
Que c'est là une condition échue à tous.
Mais c'est à moi seule que Dieu bat froid;
Pour moi il n'éprouve que rancune,
Qui me voue d'irrémissibles supplices.
Viens, voile de la honte, et tourmente-moi:
De la sagesse proscris jusqu'à la langue.

Ils ont terrassé mon honneur
Ils ont piétiné ma dignité;
Mais toi, mon aimé, prends la fuite;
Voici tout mon être agonisant.
Et mon cœur saisi de rage
Implore mes forces dernières;
Ma beauté en est dévastée.
Si ma jeunesse jamais ne s'est épanouie,
Par toi, mes rêves fleurissent

Chacun s'abrite en sa demeure
Quand surgit l'heure des épreuves.
Sciemment, je t'abandonne, demeure,
L'heure des épreuves dû-t-elle surgir.
Mère, de grâce ne m'accable pas,
Tu le sais : nous sommes harassées, ravagées;
L'infortune s'est abattue sur nos épaules.
Vaine est l'attente dans le secours de Dieu.
Les femmes ! Quant aux autres…

Traduction et adaptation par Yalla Seddiki - Mon nom est combat.

© 2008-2012 Kollyns
CSS Valide ! Valid XHTML 1.0 Transitional