Les News
Sa vie
Son combat
Son oeuvre
Discographie entière
Paroles chansons
Lounès a dit...
Dossier assassinat
Lecteur de chansons
Extraits d'albums
Émissions de radio
Pochettes d'album
Photos personnelles
Sur scène
Photos pro
Chez Matoub
Oeuvres
Interviews
Matoub chante
Chansons (sous-titré)
Ils parlent de Matoub
Bibliographie
Liens
Plan du site

2 personne(s) en ligne.
262243 visites à ce jour.

Monsieur le Président

Asmi d-luleɣ d ass amcum
Deg ufus i d-kemseɣ lehmum
Akken ur diyi-ttixiṛen ara
Lukan ul-iw d ageṭṭum
A t-greɣ daxel n lkanun
Akken ur s-ttḥessiseɣ ara
Imi s ṣṣura-w i-gɣumm
Labud a s-d-jabeɣ nnum
Imi ur di-yessgan ara

Tkellxem-iyi di temẓi-w
Xellṣeɣ-awen ayen ur d-uɣeɣ
Tekksem-iyi imawlan-iw
Temḥam ayen ak° ssarmeɣ
Lmeḥna tnejṛ iɣes-iw
Uqbel a d-ters lmut-iw
Ayen yak° yejmeε wul-iw
S yiles-iw a t-in-ḍummeɣ

Lemmer zmireɣ a d-snesreɣ
Di lεid a n-beddeɣ ɣur-wen
A n-aseɣ a k°en-ɣafṛeɣ
Ay imawlan εzizen
Di tafat mara n-beddeɣ
Xas temcakktem ur wehhmeɣ
Mačči d udem i sii ṛuḥeɣ
Aa d-mlilent wallen nnwen

Seg wakken ur di-d-yetteεqal
Mm-i ad yerwel fell-i
Tameṭṭut-iw n leḥlal
Wissen kan ma d-temmekti
Ad asen-sxerbeɣ lecɣal
Ad asen-yeεreq wawal
Taggara maa nemyeεqal
Taddart a d-teεjel ɣur-i

Ayagi yak° d asirem
Targit-iw u tḍul ara
Ibeddel-iyi zzman isem
Yefka-yi lḥerz n tlufa
Tabburt n lḥebs fell-i tezzem
Fell-as tawriqt-iw tweccem
Tura testenyaḍ ṣeggem
Ṭṭul n leεmeṛ i temmeṛka

Monsieur le Président

Jour maudit que le jour où je naquis,
Dans la main serrant mon noeud de tourments
Afin qu'ils ne lâchent pas leur étreinte.
Mon coeur, que n'est-il jeune pousse !
Je le jetterais au brasier
Afin de ne plus souffrir ses plaintes,
Mais c'est sous mon corps qu'il s'ensevelit:
Force m'est de le rassasier de rêves,
Puisqu'il ne m'offre, lui, qu'insomnie.

Vous avez controuvé ma vie, dérobé ma jeunesse,
J'ai payé ce que je n'ai pas acheté.
Vous m'avez arraché aux miens,
Anéanti toutes mes espérances.
Le malheur a irrigué mes os;
Avant que la mort sur moi se pose,
L'amertume que mon coeur amassa,
De ma langue, je la balaierai.

Si, par bonheur, je pouvais fuir
Et à l'Aïd aller vous... !
Je viendrai vous visiter,
Parents que j'aime tant.
Dans la clarté vous apparaissant,
Votre trouble ne me surprendra pas.
Ce n'est pas le visage de mon départ,
Que vos yeux reconnaîtront.

Lui non plus ne me reconnaissant pas,
Mon fils effrayé me fuira.
Quant à ma digne femme,
Se souviendra-t-elle même de moi ?
Je troublerai leurs tâches quotidiennes,
Ils en perdront la parole.
Puis nous étant tous retrouvés,
Le village vers moi accourt.

Tout ceci est illusion de l'espoir,
Ma rêverie est bien courte.
L'adversité a changé mon nom.
Contre l'amulette des malheurs;
La porte de la geôle sur moi se referme,
Sur laquelle mon sort s'inscrit:
« Tu as signé, soumets-toi ! »
« A vie ! » : tel est ton châtiment.

Monsieur le Président,

C'est avec un coeur lourd que je m'adresse à vous. Ces quelques phrases d'un condamné étancheront peut-être la soif de certains individus opprimés. Je m'adresse à vous avec une langue empruntée, pour vous dire, simplement et clairement, que l'Etat n'a jamais été la patrie. D'après Bakounine, c'est l'abstraction métaphysique, mystique, juridique, politique de la patrie. Les masses populaires de tous les pays, aiment profondément leur patrie, mais c'est un amour réel, naturel, pas une idée: un fait. Et c'est pour cela que je me sens franchement le patriote de toutes les patries opprimées.

Traduction et adaptation par Yalla Seddiki - Mon nom est combat

© 2008-2012 Kollyns
CSS Valide ! Valid XHTML 1.0 Transitional